tracks-485754_1280

Creative Commons France expérimente avec Ascribe pour soutenir le copyleft avec le Blockchain*

Creative Commons France inaugure le lancement de son nouveau site avec un nouvel outil qui permet d’exploiter les fonctionalités du blockchain* au profit de la culture libre et ouverte. Ascribe permet aux créateurs de partager leur œuvres sous une licence CC, sans devoir se soucier d’une potentielle perte d’attribution.

Il y a désormais plus de dix ans, Creative Commons a révolutionné les pratiques liées au droit d’auteur par l’intermédiaire de licences qui favorisent l’attribution, la reproduction et la diffusion des contenus, plutôt que de se concentrer sur la rareté et l’exclusivité. Aujourd’hui, des centaines de millions d’œuvres sont mises à disposition du public sous une licence CC.

Ascribe est un projet qui a été lancé en 2014 pour aider les créateurs à sécuriser leur droits de propriété intellectuelle, avec l’aide du blockchain. Il s’applique à tout type de licence, y compris les licences Creative Commons. Les créateurs peuvent enregistrer leurs œuvres licensiées sous une licence CC sur le blockchain en suivant le processus suivant:

1. Aller au http://cc.ascribe.io
2. Charger l’œuvre et entrer les metadonnées appropriées: le titre, l’auteur et l’année;
3. Choisir la licence CC; et cliquez sur «enregistrer».

Le service ira alors enregistrer de manière sécurisé le fichier —horodaté avec les conditions de la licence— sur le blockchain, ensemble à toutes les metadonnées qui ont été fournies. Le service fonctionne pour tous types de documents: images, texte, musique, ou tout fichier numérique. Ceci est possible car le processus d’horodatage (« hashing ») est indépendant du format de fichier.

Les créateurs peuvent alors bénéficier de nouveaux avantages, en termes de:

– Procédure d’attribution et de vérification simplifiée: en enregistrant leur œuvres sur un cadastre publique décentralisé (le blockchain), les créateurs peuvent communiquer au public la paternité de ces œuvres, ainsi que les conditions des licences sous lesquelles elles ont été licenciées.
– Meilleure accessibilité: les œuvres enregistrées sont également stockées dans un réseau pair à pair (à la BitTorent) de manière sécurisée et décentralisée.
– Suivi des utilisations: les créateurs obtiennent un identifiant unique (adresse publique) pour chaque œuvre enregistrée sur le blockchain, qui permettra ensuite d’obtenir un suivi des opérations effectuées avec l’œuvre.
– Partager les œuvres facilement: une URL publique est crée pour chaque œuvre, contenant l’adresse unique de l’œuvre, un link pour télécharger cette œuvre, les conditions de la licence, et les métadonnées (titre, auteur, année, etc).

Trent McConaghy, co-fondateur de Ascribe a déclaré: «Nous apprécions énormément Creative Commons. L’organisation a joué un rôle important pour promouvoir la diffusion des connaissances et des savoirs durant plus d’une décennie. Nous sommes ravis de collaborer avec Creative Commons France, pour aider les artistes français à découvrir avec les nouvelles opportunités fournies par le blockchain. Ceci n’est que le début de ce que nous espérons sera une relation fructueuse et à long terme au profit de la culture libre et ouverte dans le monde entier.”

*blockchain : cadastre publique décentralisé

Crédit photo Une Pixbay johnhain – publiée sous licence CC0