Global Voices

GLOBAL VOICES – Diffuser es informations

Les grands médias ne parviennent pas toujours à proposer des informations en profondeur sur les événements qui se passent dan le monde. Les bloggeurs locaux et les journalistes citoyens sont plus proches des communautés sur lesquelles ils écrivent. Global Voices, une association à but non-lucratif fondée par la journaliste Rebecca MacKinnon, propose une plateforme de 350 éditeurs, auteurs et traducteurs bénévoles répartis dans le monde entier qui centralisent les informations sur leurs communautés. Ces journalistes proposent une couverture détaillée et immédiate sur tous les sujets, du tremblement de terre à Haïti aux manifestations en Iran. Tous les sujets sont sous licence Creative Commons BY. Ainsi, les informations peuvent être traduites et di!usées gratuitement à tous ceux qui recherchent plus que les instantanés proposés par les journaux du soir.

Lors les manifestations contre le chômage ont entraîné les émeutes en Tunisie en décembre dernier, les collaborateurs de Global Voices ont posté des dizaines de messages décrivant les suicides, ils ont témoigné grâce à leurs traduction de l’arabe de la situation des citoyens ordinaires et ont ‘tweeté’ les nouvelles bien plus vite que les canaux ordinaires de l’information. Grâce à la licence CC, Global Voices a vu ses histoires republiées dans le The New York Times, Reuters, AlterNet, et le Réseau Oprah Winfrey Network.

Global Voices est une organisation à but non-lucratif sans locaux, mais elle a un réel impact dans des milliers d’endroits. « Creative Commons nous permet de faciliter les traductions dans plus de 12 langues par jour, » déclare Solana Larsen, Directrice de la Rédaction de Global Voices. « Lorsque nous sommes mandatés pour écrire des messages pour des organisations à but non-lucratif ou même des médias o#ciels, nous sommes libres de le faire grâce à notre clause CC. Cela nous a permis de republier, de traduire et d’ouvrir des conversations dans le monde entier. »