screen-shot-2016-12-07-at-3-29-37-pm

OUAGALAB, la communauté d’innovateurs burkinabè

Dans un atelier improvisé au milieu d’une cour en chantier, cinq jeunes Burkinabè, munis de pièces informatiques de récupération s’activent autour d’un bidon rapiécé, avec l’air absorbé qu’ont ces inventeurs s’apprêtant à réaliser une expérience. Leur objectif est de fabriquer ce qu’ils appellent un « ordinateur Jerry ». Il s’agit de reconditionner des déchets électroniques dans un jerrican, afin de constituer une unité centrale.

Ces jeunes gens, inégalement calés en informatique mais passionnés par la vulgarisation de cet outil qu’ils se sont eux-mêmes approprié, forment la communauté du OuagaLab, premier fab lab à avoir été créé en Afrique de l’Ouest, en 2011. Importé au Pays des hommes intègres par un informaticien burkinabè de 30 ans, Gildas Guiella, le concept américain du « laboratoire de fabrication » numérique a depuis fait des émules dans d’autres pays de la sous-région.

Dans ce lieu où diverses compétences se réunissent, on ne s’arrête pas de créer, d’imaginer, d’inventer. Avec une inclination revendiquée pour les matériaux de récupération, marque de fabrique écologique dont le collectif s’est fait la spécialité. L’une des dernières créations du OuagaLab présentée au Carrefour des possibles d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, en 2013, est une éolienne d’une capacité d’un kilowatt/heure essentiellement constituée de pièces mécaniques glanées sur une moto et un camion.